Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 novembre 2013 2 26 /11 /novembre /2013 15:57

 

 

Les amateurs de poésie contemporaine sont arrivés sous un beau soleil d’automne au Café de La Coulée Douce.

Avec nous, les bénévoles et les lecteurs de notre association, des gens du quartier, de nouvelles personnes attirées par le programme séduisant de la Semaine Bleue, des clients habitués déjà là et ceux de passage qui finalement sont restés un peu plus longtemps, curieux à l’idée d’entendre de la poésie contemporaine un mercredi 23 octobre 2013.

Et pour illustrer cette rencontre intergénérationnelle et pour notre plus grande satisfaction, deux petites filles accompagnées de leurs mamans. 

café2

 

Les regards se posent un peu partout dans ce café si chaleureux. Des produits naturels et appétissants rangés sur des étagères en bois, des légumes de saison annonçant la soupe d’automne.

 

flluteDes éléments de décor prenant toute leur place, du piano désaccordé à l’authentique machine à écrire qui donne envie de composer sur ses touches un poème, un miroir imposant apportant une profondeur à la salle et reposant sur un mur couvert d’articles de journaux aux papiers jaunis.

En arrière-fond du jazz et la voix du patron, Patrick, aussi douce que la Coulée.

 

 

 

L’installation autour des tables colorées de carrés de mosaïque laisse assez de place à Alessandra pour déployer ses différents instruments  à vent : la flûte traversière et ses variantes, la flûte en sol ou alto, la flûte basse et le piccolo.

Les lectrices se placent à différents endroits de la salle et Fabia ouvre le café littéraire « Soyons Contemporeux » avec une fantaisie malicieuse.

music-copie-1

 

Un poème gustatif et improvisé de Patrick est annoncé avant le début des lectures : « La carte du goûter » donne le choix entre la tarte aux poires, celle aux  pommes ou le tiramisu ? Les réjouissances sucrées étant bien évidemment faites « maison » par les habiles mains de Monsieur Tonio Vidal et pour accompagner ces douceurs, café, thé vert, thé noir tisane ou Première gorgée de bière ?

100 5371

Vrouz« V » comme « Valérie » et « Rouz » comme Rouzeau qui dit « Vrouz » avec la voix de Fabia pour ouvrir ce bal poétique. Des poèmes sans titre pour des sonnets qui claquent, qui surprennent, qui enchantent le quotidien pour laisser place à l’imaginaire.

 

 

Il y aura l’humour et la dérision de Jean-Pierre Verheggen avec sa langue toujours en mouvement qui appelle l’oralité. 

« L’écriture a besoin d’être entendue et il convient de « dire la poésie en marchant » selon Jacques Darras alors écoutons et allons avec lui à « Jalhay. »

Nobelge
Darras

 

 

 

Suivront Jacques Roubaud avec « Ses animaux de tout le monde. »

« Il y a beaucoup d’animaux, des longs des courts des gras des beaux. À chacun je donne un poème » dit-il et comme il apprécie la mesure et le calcul, « tous les vers d’un sonnet comptent pareil, mais ce n’est pas toujours le cas ». Entre le blaireau et l’éléphant, il y a de la marge, de la contrainte, de la distance et le double décimètre est de rigueur. 

Roubaud

 

 

 

Play

Olivier Douzou avec son « Play » nous fait jouer ou nous fait lire. Retour en arrière et rétrospective de nos jeux au temps du Jeudi. Comment les classer ? Par âge, par couleur, par préférence, par séries, par taille ?

En effet pour que tout rentre à la manière des briques défilantes d’un  tétris et pour optimiser l’espace-temps,  « le livre est finalement un excellent rangement. »

 

 

 

Elle pourrait comparer les livres à des plantes grimpantes et envahissantes et non pas de manière péjorative car elle aime plus que tout les livres et les végétaux. Amandine Marembert anime la revue "Contre-Allées" et organise le festival " Poètes au potager" Dans son livre  "Toboggans des maisons", on ressent le lien entre l'écriture et la nature. Elle donne aussi de la place à l'illustration. Celle-ci arrive quand on ne s'y attend pas. Le livre devient artistique et laisse une empreinte instantanée, tactile et odorante. Sans titre

 

 

 

de luca

La voix d’Alix  résonnera aussi sur d’autres poèmes de Valérie Rouzeau et  se posera sur Erri De Luca avec son recueil « Aller-simple » sans retour possible. Le voyage pour faire table rase, le voyage forcé, la fuite…

« Le départ n’est que cendre dispersée, nous sommes des allers-simples. »

 

 

 

Des airs joués à la flûte par Alessandra s’intercalent entre les lectures  et les poésies contemporaines. À l’écoute des textes lus, Alessandra insère de légères ponctuations musicales donnant ainsi une sonorité différente aux mots et un habillage pertinent et délicat permettant une résonance en chacun de nous.


Bach

 

 

 

Hippo

Pour apporter au goûter, des douceurs supplémentaires mais cependant déroutantes histoire de mettre les papilles en attente, le « Kouglof » et « le melon » de Joëlle Brière mais encore « le sandwich à l’hippopotame » de Shel Silverstein… 

 

 

Et puis pour ajouter un élément de mystère à cette pièce montée, le patron nous apprend que Le Café de la Coulée Douce a son propre poète. Un homme de l’ombre qui se dévoile en dessinant sur des sous-bock ou en écrivant sur des nappes en papier... comme avant. L’homme est découvert mais toujours en retrait, l’œil en battements et omniprésent. Jean Guirao prête sa voix à Alix qui lira ses poèmes pour mettre en lumière des mots qui ont besoin d’être entendus. 

 

 

 

pris dans les choses Marrey

Les poèmes de Gérard Noiret et de Baptiste-Marrey, vont se succéder, s’enchaîner, se mêler, se découvrir, se savourer sous la voix d’Alix.

Elle saura trouver la touche de fin pour clôturer cette séance poétique avec un retour en arrière, un Vrouz de 2009, une boucle débouclée, « Poésie ».

 

Textes lus (Fabia)

  - Poèmes de Valérie Rouzeau

Recueil : « Vrouz »

  - Prix enfance de l’art de Jean-Pierre Verheggen

  - Prix Juste mépris 2012 Appel à braquage, de Jean-Pierre Verheggen

Recueil : « Un jour je serai prix nobelge »

  - Jalhay de Jacques Darras

Recueil : « Vous n’avez pas le vertige ? »

 Textes lus (Frédérique)

 - Poème du chat de Jacques Roubaud

 - Le papillon de nuit de Jacques Roubaud

 - Les mouettes de Jacques Roubaud

Recueil : « Les animaux de tout le monde »

 - Poèmes d’Amandine Marembert

Recueil : « Toboggans des maisons »

 - Jeu-di d’Olivier Douzou

 - Rangement d’Olivier Douzou

Recueil : « Play »

 Textes lus (Bernard)

 - Les étrangers sont nuls » de Pierre Desproges

 Textes lus (Alix)

 - La grand-mère de Valérie Rouzeau

 - Poésie de Valérie Rouzeau

Recueil : « Quand je me deux »

 - Chaplin de Erri de Luca

 - Un bois de Erri de Luca

Recueil : « Aller-simple »

 - Poèmes de Gérard Noiret

Recueil : « Pris dans les choses »

  - Kouglof de Joëlle Brière

  - Melon de Joëlle Brière

Recueil : « Alphabet »

  - Pubes et bistrots de Baptiste-Marrey

Recueil : « Rouge le vin, rouge mon cœur »

 Textes lus (Catherine)

 - Les Quatre-Chemins de Jean-Pascal Dubost

 - Le sandwich à l’hippopotame de Shel Silverstein

Recueil : « Le bord du monde »

  La musique d’Alessandra Giura Longo

- La Chanson de Pan de Roger Bourdin

- La Sarabande, extraite de la Suite BWV1007 en sol majeur de Bach

- Syrinx de Claude Debussy

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Délidémo - dans Cafés littéraires
commenter cet article

commentaires

L'association

  • : Le blog de l'association Délidémo
  • Le blog de l'association Délidémo
  • : Délidémo est une association pronant l'accès à la lecture pour tous. Elle propose de nombreuses actions autour du livre et de la lecture : portage de livres à domicile, bibliothèques de rue, lecture à voix haute et ateliers créatifs.
  • Contact

Contact

Association Délidémo

70, rue du Rendez-vous

75012 Paris

Tél : 01.53.17.61.19

courriel : delidemo@orange.fr

Albums photos